L'artiste du mois : NELLY ROMAN


Mon amie Nelly Roman est peintre. Il se trouve qu'elle est aussi conteuse et auteur-compositeur-interprète. Elle a donc le don de dire, quel qu'en soit le moyen. Quand je l'ai connue, il y a environ six ans, elle exposait et chantait ses compositions chez notre ami commun Daniel Gobin. J'ai aimé dès ce moment sa peinture, ses chants, son personnage à la chevelure et au tempérament de feu. Par ces temps de confinement, je me plais à la suivre sur Facebook, dans ses récits instantanés sur sa vie et sur la société ; ses réflexions métaphysiques, ses colères et ses coups de coeur. A son tour de dire maintenant, jusqu'au bout, car elle le fera mieux que personne :

"J’ai rencontré la peinture en 1973 par l’intermédiaire d’une femme extraordinaire qui avait un petit atelier à Aix, et au moment où j’ai touché la couleur j’ai eu un choc, je me suis dit, « tu ne seras plus jamais triste » j’étais piquée par le virus de peindre…et toute ma vie a basculé, j’ai fait des études d’arts plastiques, j’ai passé le diplôme des beaux arts, et j’ai changé totalement de vie.

Devenue prof d’arts plastiques j’ai continué à peindre sans jamais m’arrêter car enseigner m’a toujours aussi tenu à cœur, on m’avait transmis une force et je voulais aussi la transmettre aux autres, comme le maillon d’une chaîne infinie.

Je fais partie de la génération qui a été touchée par l’expressionnisme abstrait venu des Etats-Unis, les grands formats, la matière même de la peinture me passionnaient, mais il a toujours fallu que ma peinture reste reliée au réel, c’est ainsi que chaque tableau même en apparence abstrait, raconte ma vision de la vie, de la nature, de l’atmosphère, des émotions traversées. Voilà pourquoi je tiens au titre, car le titre n’est pas qu’un titre il est un baptême, une sorte de consécration du tableau achevé, car chaque toile est un voyage, raconte une histoire et quelle histoire ! celle du questionnement quand il se construit, des tâtonnements au niveau des valeurs, des couleurs, de l’harmonie tandis que petit à petit l’inconscient s’ouvre et me dit c’est cela ce n’est pas autre chose.

Nelly dans son atelier de Villelaure


Je vais vous raconter l’histoire de quelques tableaux choisis.

Prenons « Morceaux de nuit » ce grand tableau qui parle du crépuscule

"Morceaux de nuit"


Dans le jardin, les feuillages deviennent sombres, la table blanche a bleui, il reste encore un éclair de soleil couchant dans le ciel et les lumières électriques apparaissent sur le côté, celles des hommes pour apprivoiser la nuit qui vient.


Et cet autre peint en Mai « Là bas sur la colline il y a le printemps ».

"Là bas sur la colline il y a le printemps"


C’est aussi une grande toile. J’étais sensible aux couleurs chaudes qui viennent après l’hiver et annoncent le passage vers les grandes chaleurs ; au fond une trace verte, c’est la verdure qui jaillit et illumine l’espace ; des énergies verticales parcourent la toile, la vie est là.

.

Mais mon inspiration je la tiens aussi de mes voyages, car j’ai beaucoup voyagé. La Chine, le Népal, la Mongolie, l’Arizona, Bali, le Japon et le Guatemala entre autres.


Dans chaque voyage me vient une inspiration, j’en retourne remplie de couleurs nouvelles, d’ambiances et de modes de vie qui m’enrichissent. Je sais que beaucoup de peintres ont vécu cela, qu’il s’agisse de Klee, de Delacroix, de Gauguin…parce que voyager c’est rencontrer, rencontrer l’autre, l’altérité.


Mes derniers voyages m’ont énormément inspirée, un au Japon en 2018 et le dernier au Guatemala en 2020.


Le Japon

Invitée par une amie japonaise, j’ai été immergée pendant 15 jours dans cette belle culture si particulière.


J’ai adoré le Japon, ses ambiances, ses rituels, et cette politesse qui fait que chaque geste prend sens.

De là toute une série de toiles que voici :


"Les cerisiers"


Au printemps le rose est à l’honneur, on en trouve partout, dans les gâteaux crémeux dans les magasins décorés de fleurs de papier, ils ont de belles formes rondes dans la nature.


"Temple à Nara"

Petit temple rempli de fleurs plantées comme des étoiles sur l’herbe.



"Jardin zen"


Dans les jardins japonais il y a toujours une fontaine et des poissons rouges, tout est très calme on entend seulement le râteau du jardinier qui nettoie le lieu et de l’eau qui coule doucement presque imperceptible.


"Le chemin des philosophes"


C’est le nom d’un canal célèbre à Kyoto. La nature est verdoyante d’un gris vert très particulier, le ciel lumineux, des cerisiers en fleurs plongent le long du canal, tout est là pour la médiation et la réflexion.



Suite à ce voyage une exposition a été organisée à la Laiterie de Cadenet avec une amie photographe Yoame. Nous avons intitulé l’expo « rêverie japonaise ».



Avec Monique de Saint Persan, une amie poète.


Et puis mon dernier voyage, le Guatemala, juste avant le confinement.


Le Guatemala est un pays qui m’a marquée aussi très fortement, il y a tant de couleurs partout et de magie, c’était un voyage initiatique avec l’association Oasis, chaque jour un rituel dans les sites mayas, d’où il est ressorti une présence forte du sacré et de l’invisible.

La maison de la chamane, le grand sanctuaire, la célébration


Le cimetière de Chichicastenango son marché et le Quetzal l’oiseau fétiche du Guatemala.


Le feu y est partout présent, le ciel d’un bleu intense, les cimetières sont de petites maisons de toutes les couleurs, les contrastes sont immenses et l’énergie violente.


Et pour finir cette promenade dans ma peinture, je voulais aussi ajouter deux autres passions :

La chanson et le conte, écrire des chansons sur ce que j’ai ressenti aussi et raconter des histoires en ayant eu la chance d’être initiée par Henri Gougaud, ce grand conteur qui m’a permis de transmettre ma passion pour le chamanisme aussi. Sans oublier les ateliers que j’anime à Villelaure, dans mon association « les rencontres d’hippias » créée en 2012.


Que conclure ? que tout ce qui m’a animée pour peindre, voyager, écrire, conter, chanter c’est la joie, l’énergie de la joie qui rejoint cette belle phrase d’Henri Gougaud, créer c’est célébrer la vie !"



Pour contacter Nelly :


Site internet : www.les-ateliers-dhippias.fr

Facebook : Nelly Roman

Adresse : "Atelier le Bateau ivre" : ch. 952, route des transhumances 84530 - Villelaure

tél.: 06 48 02 64 94




138 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout